EICMA : Honda signe son retour en force la belle CBR1000RR-R

La nouvelle Fireblade en 2017 était déjà un sacré coup de Honda. Et le concessionnaire était tout juste parvenu à recoller au peloton des hypersports de pointe à l’époque.

Aussi, 3 ans plus tard, le blason ailé entend bien faire parler de lui de nouveau en introduisant la sublime CBR1000RR-R intégralement développée pour la piste… et donc la compétition également

Au cas où vous en doutiez, Honda CBR1000RR-R, a de nouveau ajouté un « R » de « Racing ». Et il faut surligner que Honda a sérieusement mis à jour la fiche technique de son porte-étendard, la fameuse RC213V-S.

Notons en premier lieu le quatre cylindres en ligne qui reprend ses valeurs d’alésage et de course, ainsi que son efficacité en matière de combustion et de frottements internes.

Puis, les Japonais n’ont fait aucune économie pour frapper encore plus fort avec notamment une distribution à linguets partiellement entraînée par une cascade de pignons, des bielles en titane et des pistons en aluminium forgé qui permettent de sortir 217 bourrins !

De quoi en faire la sportive la plus puissante du marché actuel à égalité avec l’Aprilia RSV4 1100 Factory et la très exclusive Panigale V4 R et ses 221 chevaux.

Une puissance d’ailleurs obtenue sans artifice « magique » comme l’admission ou la distribution variable ou encore un calage d’allumage magique…

Et bien entendu pour faire face à cette nouvelle débauche de puissance, la partie cycle a également été revue de fond en comble.

Le cadre est entièrement nouveau et utilise la partie arrière du moteur comme support de fixation de l’amortisseur tandis que le bras oscillant a été rallongé.

La rigidité, la répartition des masses et la géométrie de la direction ont reçu une attention particulière.

Les suspensions sont confiées à Showa sur la version standard avec une fourche BPF (Öhlins pour le modèle SP) tandis que le freinage est signé Nissin (Brembo sur la SP).

L’échappement d’origine est un silencieux en titane développé par Akrapovic. Rien que ça !

L’accélérateur électronique Throttle By Wire a progressé en réactivité et les 3 modes de conduite permettent désormais d’ajuster la puissance, le frein moteur, l’anti-wheeling ou le contrôle de couple.

Un « launch control » fait carrément son apparition. Le tout est évidemment géré par une centrale inertielle Bosch six axes qui s’occupe même de contrôler électroniquement l’amortisseur de direction.

Truc de fou, on aurait tellement rêver de la tester la belle.

Et pour plaquer l’ensemble au sol, de petits déflecteurs de carénage ont été introduits à la nouvelle ligne de la Fireblade.

Des éléments censés apporter appui aérodynamique et stabilité au freinage tandis que c’est l’habillage au complet qui a fait l’objet d’un gros travail sur l’aérodynamique pour un coefficient de traînée annoncé comme le meilleur de sa catégorie.

Enfin, un système de démarrage sans clé vient compléter ce tableau idylique. Mais bon attendons son tarif officiel avant de nous emporter.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer