Changement d’heure, baisse de la luminosité : la mortalité des piétons augmente de près de 50%

Dans la nuit du 26 au 27 octobre 2019, le passage à l’heure d’hiver s’est fait.

Chaque année, cette période est en effet marquée par un pic d’accidentalité de +50% des accidents de piétons pour la seule tranche horaire 17 h / 19 h (et +18% sur la tranche horaire 7 h / 9 h).

Mais quels sont réellement les effets du changement d’heure sur les accidents de la route ?

Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la sécurité routière : « La baisse de luminosité entraîne un véritable problème de visibilité des piétons, cyclistes et utilisateurs de trottinette.
La mortalité routière des piétons atteint en effet son maximum en automne / hiver : près de la moitié des piétons tués chaque année le sont sur les quatre mois d’octobre à janvier.

On ne le sait pas, mais le nombre d’accidents de piétons augmente de 50% durant les premières semaines qui suivent le changement d’heure. »

Q? : Comment expliquer ces chiffres ?

Emmanuel Barbe : « Lorsque l’on passe à l’heure d’hiver, le nombre de trajets à la nuit tombante ou à la nuit tombée s’accroît. Il faut être conscient du phénomène et redoubler d’attention.
L’éclairage se réduit donc aux instants clés que sont les sorties de classes et les trajets travail-domicile. Les usagers de la route perçoivent moins bien les piétons sur les voies

Q ? : Quels comportements adopter pour limiter le risque d’accident ?

Emmanuel Barbe : « Il faut se rendre lumineux avec des équipements adaptés : des vêtements plus clairs par exemple et des cartables avec des bandes réfléchissantes pour les enfants.
Un piéton ou un cycliste ne doit jamais penser que, parce nous voyons, nous sommes visibles. » que parce qu’il voit une voiture, il est vu de son conducteur.
»

Pour information utile, sachez que le simple fait d’avoir sur soi un accessoire réfléchissant permet d’être vu plus tôt par les automobilistes.

Dans les phares d’une voiture, les piétons sont visibles à seulement 20 mètres lorsqu’ils sont vêtus de noir.

Or, à 50 km/h, une voiture a besoin au minimum de 25 mètres pour s’arrêter sur sol sec (38 mètres sur sol mouillé).

Avec des accessoires réfléchissants, les piétons sont visibles à 150 mètres. Et le passage pour piétons reste l’endroit le plus sûr pour traverser.

Pour mémoire, le Code de la route (Article R412-37) précise que : “Les piétons doivent traverser la chaussée en tenant compte de la visibilité ainsi que de la distance et de la vitesse des véhicules. Ils sont tenus d’utiliser, lorsqu’il en existe à moins de 50 mètres, les passages prévus à leur intention.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer