Umbrella Girls : Objets publicitaires ou femmes sexy du paddock ?

 

« Grid Girls » et Umbrella Girls : Une interdiction plane sur ce métier… Les filles du paddock sont-elles amenées à disparaître des grilles de départ, de la Pitlane, etc. ? Est-ce la fin de la « femme objet » ?

Déjà en 2014, nous nous intéressions aux filles des paddock à travers un article appelé : Les filles des paddock : un sacré pépin ? Alors aujourd’hui quand nous lisons la proposition faite par le mouvement Ganemos Jerez, appuyée par le Parti socialiste espagnol (PSOE) et la Gauche unie (Izquierda unida), lors du dernier MotoGP, qui demande l’interdiction des umbrella girls pour des raisons de dignité de la femme, on a eu envie d’en savoir plus..
Crédit photos : Thomas Liautard

Le MotoGP de Jerez sous tension et le circuit Barcelone invité à être le premier à trancher sur le sujet

Pour faire simple, le dernier MotoGP a bien failli vivre ses premiers instants sans femmes sexy qui arpentent les paddock et abritent les pilotes motos de toutes le catégorie. Cette demande fut rejetée grâce ou à cause, selon les opinions de chacune, par l’abstinence de positon du Partido Popular (droite) et du mouvement Ciudadanos.
La demande était claire, nette et précise. Le mouvement veut  « que les fonctions et le travail des femmes sur le circuit soient dignes et qu’elles ne soient pas utilisées comme des objets. Point final« .  Les représentants d’Iniciativa per Catalunya Verds (écologistes) et de Gauche unie et alternative (ICV-EUiA) au conseil municipal de Montmelo demandent de mettre fin à cette « utilisation » de la femme. « Les inégalités flagrantes entre les femmes et les hommes ne sont ni accidentelles ni inévitables dans l’évolution des sociétés humaines, mais le résultat de méthodes contre lesquelles nous devons lutter avec force« , estiment les espagnols pour qui la « tradition » n’est plus du tout au goût du jour.

« Montrer à un public majoritairement masculin de jeunes femmes à la beauté stéréotypée ne fait que renforcer l’inégalité et entraîner des violences de genres, car ça laisse entendre que les femmes sont des objets de désir à la disposition des hommes« , dénonce Jordi Manils, porte-parole de ICV-EUiA : « nous ne remettons pas en cause le travail des hôtesses pendant un Grand Prix mais nous pensons que ce travail peut être effectué par tout le monde indépendamment de son sexe, de son âge ou de son apparence physique et les filles n’ont pas besoin d’être à moitié nues« .

crédit : Thomas Liautard

Umbrella Girl : Pur entrepreneuriat personnalisé ?

Les filles aux parapluies qui font de l’ombre aux pilotes et qui sont notamment utilisées comme des objets publicitaires par les marques vont être interdites. Les « poupées » des paddock et de la Pit Lane, perchées sur du 12 centimètre, gorges extravagantes, sourire ultra bright, qui met en émoi les testostérones du circuit seraient donc amenées à disparaître.
Rien qu’à l’évocation des filles du paddock, tous les objectifs des photographes et spectateurs se tournent vers les femmes aux jambes vertigineuses. Adorées par la gent masculine, détestées et jalousées par les femmes en général et même par les motardes,  elles font malheureusement souvent l’objet de railleries. La jalousie mesdames est un vilain défaut… Mais loin de se faire féministe, il faut aussi se pencher sur le cas de ces jolies jeunes femmes. Car contrairement, à ce que l’on peut penser, même si elles font la gloire des sites consacrés au moto GP, et des marques, il n’en reste pas moins qu’elles doivent endurer du lourd…. Sélectionnées par des agences de casting haut de gamme, ces « bombes » doivent être parfaites pour prétendre à ce job.
L’agence Umbrella Girls USA, est assez sévère sur les recrutements de ses demoiselles. Tout d’abord elles doivent bien sûr avoir un physique irréprochable et savoir prendre soin d’elles. Mais elles doivent être aussi polyglottes en raison des nombreux voyages à l’étranger qu’elles peuvent faire. Elles ont obligation de représenter au mieux les marques et les sponsors des différentes compétitions.  Et plutôt que de faire la potiche à la foire du saucisson, elles prennent l’option GP. Ça paie plus. Du pur entrepreneuriat personnalisé.
Du côté des acteurs du MotoGP et des marques, ces femmes, payées pour exécuter un job durant trois jours, sont d’excellents supports publicitaires et elles font partie intégrante de la scène de départ et du show. Ces jeunes dévêtues et courtement vêtues sont payées pour parcourir des kilomètres juchées sur des talons aiguilles à l’effigie du team. Les Umbrella Girls sont une tradition mais aussi un sujet brûlant à notre époque.
Obligées de poser pour des milliers de photographes amateurs, elles sont constamment, mis à mal, à la limite du harcèlement. Si en plus, elles offrent des goodie’s, alors là, ça vire à l’émeute. Sans compter le florilège de commentaires acerbes sur leur physique. Alors que pour accéder à ce rang, les étapes sont loin d’être un fleuve tranquille. Ce n’est pas « sois belle et tais toi » comme on pourrait le penser, et comme le montrait notre dernière interview de Marine, motarde, pilote de vitesse sur circuit, mannequin, umbrella girl, femme de pilote.
Alors pour ou contre l’interdiction des « Grid Girl » ? Le débat est ouvert ? Qu’en pensez-vous personnellement ?
crédit : Thomas Liautard
 

Comments

comments