Triumph 1050 Sprint ST voyage au grill

Triumph 1050 Sprint ST
Autre grosse Triumph qui a bien évolué dans le temps après la Tiger présentée il y a peu, la Sprint 1050 se veut une Sport – GT dynamique, avec une promesse simple et qui tient en deux mots : vite et loin.

Présentée en 2005, elle succède aux 955 RS et ST, d’excellentes motos, auxquelles le principal reproche que l’on faisait étaient un look un peu sage et une certaine inertie en conduite dynamique.

Voilà ce sur quoi Triumph a bossé pour nous pondre cette Sprint ST.

Et il faut dire que niveau présentation ils n’y sont pas allés de main morte.
Look très travaillé, mêlant lignes nervurées, cul fin et haut (pour une GT), et quelques détails exotiques, comme le concept du « triple » repris à différents endroits de la moto :
– triple pot sous la selle
– triple compteur au tableau de bord
– triple phare
….

Triumph-Sprint-ST-2005a
Encore une fois, ce n’est pas une sportive, mais comparée à ses concurrentes directes (en première ligne Honda VFR et Aprilia Futura), çà en jette. Pour autant, Triumph n’avait pas trop le droit à l’erreur, puisque venir se frotter à la légendaire VFR (longtemps considérée comme la meilleure moto de son époque, au moins dans ses versions 750) est un pari ambitieux.

Quand on enjambe la belle anglaise, on remarque immédiatement une finition propre, encore plus que que la Tiger, et un équipement complet. Par contre, alors que la moto semblait très fine au regard, une fois incrustée dedans on prend conscience d’un ensemble assez volumineux, même si la selle basse aide à se sentir à l’aise.

dsc00015

Démarrage dans le son de turbine cher à la marque d’Hinckley et en route vers l’aventure.
La position, que l’on attend assez cool sur ce genre de machine, est finalement assez typée sport.
Appui sur les poignets réel, jambes pliées, on est dans l’ambiance plus Sport que GT, toujours comparé à une VFR.

Et ce n’est pas l’environnement acoustique qui va faire changer d’avis !
Les flutes de la sortie d’échappement sous la selle ne se lassent pas de jouer la musique du triple en force.
Sonorité très pleine à l’accélération, et plein de petites déflagrations à la décélération… on se croirait revenu dans les années 90, le bonheur.

En conséquence, on n’hésite de moins en moins à solliciter le moteur, ultra coupleux dès les bas régimes, et plutot linéaire, mais qui finalement s’accorde bien au positionnement de cette moto.
Ses concurrentes sont plus explosives à haut régime (la Futura vous explose dans les mains à 7000 tr/m, et la VFR se la joue Hi Tech avec son passage de 2 soupapes à 4 soupapes par cylindres à 6800 tr/m), mais finalement, pour une sport GT, mieux vaut du gras en bas… on n’est pas sur circuit.

La partie cycle suit le mouvement tant qu’on la conduit de manière fluide, car dans le cas inverse, les 210 kgs à sec se rappelleront à votre bon souvenir et la moto se fige dans les enchainements, forçant le pilote à choisir entre rendre la main, ou conduire en mode bucheron, ce que la Sprint sait faire malgré tout, aidée par une garde au sol vraiment correcte pour une moto de cette famille, et un freinage ABS rassurant.
A l’inverse, la VFR, aussi lourde, paraît plus neutre et vive, mais la garde au sol est moins bonne.

Tant qu’on la conduit façon citron pressé, la Triumph étonne donc plutôt par son brio… mais il ne faut pas perdre de vue la raison de ce genre de moto, ce n’est pas une Daytona… alors en ralentissant on prend conscience de ses défauts :

– le silencieux sous la selle, en tout cas sur les premières versions, est une véritable plancha. C’est simple, je n’ai jamais eu aussi chaud aux miches qu’assis sur une Sprint 1050 ! Et si vous prenez un passager, j’espère qu’il a prévu de se réincarner en gambas, sinon il (elle) va être déçu(e).

– le confort , s’il est correct, n’est pas au niveau de ses concurrentes … la filiation sportive est trop marquée pour çà.

– attention aux permis ! Là c’est une remarque plus générale sur ce type de moto. Certes, on est pas dans le maxi king size (Hayabusa, ZZR 1400) mais avec cette machine, on rentre vraiment dans la catégorie de moto où on roule à des vitesses qui vous vont permettre d’avoir un encart dans la presse locale en cas d’arrestation… sans vraiment s’en rendre compte.
Car autant en sportive pure et dure quand on met le cerveau OFF, on le sait, autant là dessus, rouler pépère à 160-180 en regardant le paysage c’est classique… et çà peut durer longtemps, le triple étant sobre à rythme stabilisé (5 litres aux 100 faisables, et presque 20 litres dans le réservoir, çà fait 350 kms d’autonomie facilement).

Dernière bonne surprise de cette très belle moto qui est une alternative attrayante, mention sport, à la redoutable VFR, les prix en occasion fondent, contrairement à ceux de la Honda.
On en trouve à partir de 4000€ pour les premiers modèles de 2005 (soit un tiers du prix à sa sortie), 6000€ pour les modèles post 2007 un peu améliorés (guidon plus haut, meilleure isolation thermique), voire 7500€ pour la version appelée GT (ci dessous) apparue en 2010, avec un profil plus routier (position moins basculée, selle plus confort etc).

sprint gt

 

Fiche technique

Moteur
Type de moteur: 3 cylindres en ligne
Nombre de soupapes: 12 soupape(s)
Cylindrée: 1050 cm³
Alésage course: 79 x 71,4 mm
Compression: 12.0:1
Alimentation: Injection électronique multipoint séquentielle
Refroidissement: Liquide
Puissance: 127 ch à 9250 tr/min
Couple: 105 Nm (10.7 mkg) à 7500 tr/min
La transmission
Transmission finale: Chaîne à joints toriques type en X
Boîte de vitesses: Manuelle 6 rapports
Embrayage: Multi-disques à bain d’huile
Le cadre et les roues
Cadre: Tubulaire en alliage d’ aluminium, bras oscillant monobras, en alliage d’aluminium, avec réglage de la tension de chaîne
Suspensions avant: Fourche inversée Showa de 43 mm réglable en compression, détente et précontrainte.
Suspensions arrière: Combiné unique Showa réglable en détente et précontrainte
Freins avant: Double disques flottants de 320 mm avec étriers quatre pistons Nissin
Freins arrière: Simple disque de 255 mm avec étrier Nissin doubles pistons
Pneus avant: 120/70 ZR 17
Pneus arrière: 180/55 ZR 17
Les dimensions
Longueur: 2114 mm
Largeur: 750 mm
Hauteur de selle: 805 mm
Hauteur hors tout: 1215 mm
Empattement: 1457 mm
Angle de châsse: 24 °
Poids: 210 kg
Reservoir: 20 litres
Les performances
Rapport Poids/Puissance: 1.654 kg/ch
Rapport Puissance/Litre: 120.952 ch/litre

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer