Radars Mobiles                               Permis de flasher

Radars Mobiles Permis de flasher

4 avril 2013 Non Par Chris

Radars Mobiles

Radar mobile magmotardes une

On a parlé tour à tour :

des nouveaux radars embarqués ETM,

des radars tronçons,

des radars fixes.

 

Aujourd’hui on va parler de ceux qui ont oeuvré le plus à dégrader l’image de la sécurité routière sur nos routes, transformant les efforts de prévention en constats de répression, j’ai nommé les radars mobiles.

Cà fait déjà longtemps qu’on s’habitue à les répérer, vagues taches grises sur le côté de la route, voiture break mal stationnée, fil d’alimentation suspect, ou flash mal dissimulé…

Sitôt le radar mobile déployé, les exemples de « cachette » ont commencé à pleuvoir, et dès lors il était inutile de mettre en avant l’action pédagogique… car derrière le radar dissimulé dans un buisson ou derrière une poubelle, il y a bien un humain qui réprimande, et non pas qui prévient… C’est indiscutable.

.

Combien il y en a ?

929 au 1er mars 2013 (source ministère), mais plus de 6000 lieux recensés sur http://www.radars-mobiles.fr/ et évidemment ce chiffre peut s’étendre à l’infini…

.

radar_mobile_80-5

.

Comment çà marche ?

Cela dépend de sa forme (radar trépied ou en voiture [notre fameux ami à tête de Wall-E], radar laser, jumelles, …

  • Radar embarqué / trépied : le hibou

Souvent dans des voitures banalisés, ou alors posés sur le bord de la route (avec toutes les possibilités de l’imagination humaine, derrière un pot de fleurs, un camion pizza, une poubelle, un rail de sécurité… ). Flash ou pas.

  • Laser et jumelles :

Fonctionnement dans un rayon de 250 à 600 mètres. De 0 à 250 km/h, par devant ou par derrière selon les modèles. Anciens modèles : jumelles. Nouveaux modèles : typés pistolet. Pas de flash

RADARMOBILE-AVOCAT

.

Dans tous les cas , la marge d’erreur autorisée est de 5 à 6 km/h selon la vitesse

.

Comment les repérer ?

Alors ne vous voilez pas la face, ceux là, on n’est PAS censés les repérer. D’ailleurs la sécurité routière le précise : « Ces radars ne sont pas signalés sur les routes, à l’inverse des radars vitesse fixes. Plus flexibles, ils permettent de contrôler les vitesses en tous lieux et de s’adapter ponctuellement aux circonstances (travaux, état du trafic). Ils encouragent à conduire avec vigilance. »

C’est assez clair, mais à mitiger avec certaines actions locales où les forces de l’ordre préviennent la veille pour le lendemain des lieux de contrôle. Ces actions sont à saluer.

Pour la détection en revanche, à noter aussi l’interdiction des dispositifs avertisseurs de radars, remplacés depuis législation (à cause de leur trop grand succès) par des « zones de danger ».

Dans tous les cas, prudence est mère de raison, et les zones « accidentogènes » ou en tout cas propices aux excès de vitesse sont les plus surveillées.

Bonne route à vous