Les filles et la moto : comment vivent-elles leur passion ?

Les filles et la moto : comment vivent-elles leur passion ?

14 mai 2014 Non Par Gwendoline Bourdeles

Les filles et la moto

Comment vivent-elles leur passion ?

A l’occasion du Monster Energy Grand Prix de France MotoGP, nous allons vous faire découvrir la façon dont les filles vivent leur passion de la moto. Sur la route, autour des circuits ou en encourageant leurs pilotes préférés devant leur écran de télévision, elles sont beaucoup plus présentes que l’on ne pense et elles n’ont rien à envier à leurs homologues masculins, bien au contraire…

Aujourd’hui, nous faisons la connaissance de deux jeunes filles, Lauren et Lily, qui sont devenues très bonnes amies via Twitter. Elles sont toutes les deux fans de MotoGP, mais pas seulement puisque Lauren est aussi fan de Formule 1 et plus particulièrement de Fernando Alonso (et ce n’est certainement pas moi qui vais l’en blâmer;) ). Ce ne sont pas des fans de longue date et pourtant elles sont déjà très investies …

Lauren

Lauren sur le circuit de Monza en 2010.

 

Mag’Motardes : Lauren, Lily, pouvez-vous d’abord vous présenter à nos lecteurs ?

Lauren : Je m’appelle Lauren et j’ai 18 ans. Je suis passionnée de moto depuis environ 5 ans et je rêve d’être journaliste dans ce domaine.

Lily : 17 ans, un pied en France, l’autre en Espagne.

MM : Depuis combien de temps êtes-vous fans de moto et concrètement comment se traduit votre passion ?

Lauren : Je suis la MotoGP depuis l’âge de 13 ans, mais je suis vraiment passionnée par ce sport depuis 2011. Je regarde la Moto2 depuis 2011 et la Moto3 depuis 2013. Aujourd’hui, ce sport fait partie de mon quotidien puisque je regarde chaque jour des vidéos, les actualités et que je m’occupe aussi de certaines pages fans pour les pilotes. Et cette année, je commence à regarder un peu le World Superbike. Petite, j’adorais faire de la moto avec mon père.

Lily : Ça ne fait pas très longtemps. Je regarde les trois catégories du championnat du monde (MotoGP, Moto2, Moto3), par contre je ne dirais jamais que c’est ma passion. J’aime ça, mais « passion » est encore un mot trop fort pour moi.

MM : Vous êtes toutes les deux très présentes sur le web et les réseaux sociaux pour faire vivre votre passion et la partager, vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Lauren : Bien sûr ! Je m’occupe du compte fan français de Tito Rabat sur Twitter, il nous a follow il y a peu de temps d’ailleurs, ainsi que sur Facebook. Je m’occupe aussi de @EspargaroFR qui est un compte Twitter dédié à Pol et Aleix Espargaro.
Avec Lily on s’occupe ensemble de @AlexMarquezFR et @FabioQFr pour Alex Marquez et Fabio Quartararo et je m’occupe de la page Facebook pour Fabio. C’est assez important pour moi car ça permet de supporter les pilotes à fond et je trouve que c’est un bon moyen de leur montrer.

Lily : En possédant des « comptes-fans », on a l’opportunité de partager des connaissances, des infos, d’être au cœur de ce monde même si on est loin des circuits, ce qui est plutôt agréable.

MM : Est-ce que vous pouvez mettre des mots sur ce que votre passion représente pour vous ?

Lauren : Comme je l’ai dit précédemment, c’est une passion que je vis au quotidien et grâce à laquelle j’aimerais vivre puisque mon but professionnel serait d’être journaliste sportive dans ce domaine !

Lily : Un bon moyen pour se canaliser, se calmer, et qui nous fait passer par de nombreuses émotions en peu de temps.

MM : Comment vos proches vivent-ils votre passion ?

Lauren : Mes parents en ont parfois un peu marre, puisque quand je peux, je suis chaque essaie, qualifications et courses de chaque catégorie et, au final, ça me prend tout le week-end et ça les agace un peu. Mais ils savent que quoi qu’ils disent, je continuerai donc ils s’y sont fait ! Mon père suis les qualifications MotoGP et les courses avec moi.

Lily : Sans connaître. La moto n’est pas présente dans mon entourage.

MM : Des joies, des rencontres que vous a apportées votre passion et que vous n’auriez jamais connues sans elle ?

Lauren : Oh ça oui, grâce à elle, j’ai pu rencontrer des personnes vraiment super via les réseaux sociaux avec les comptes fans. Grâce à Facebook, j’ai aussi pu contacter des journalistes et des pilotes qui m’ont accordé des petites interviews, mes premières, qui vont peut- être m’offrir des opportunités pour réussir dans mon projet futur.

Lily : Des rencontres oui, par le biais des réseaux sociaux, des joies aussi, lorsque tu supportes un pilote et que tu le vois progresser et devenir grand, c’est un sentiment exceptionnel. Des peines aussi, des désillusions, mais tout cela fait partie du sport.

MM : C’est une passion que vous avez en commun, est-ce que l’une des deux a converti l’autre ? Et est-ce que ça renforce votre lien ?

Lauren : On peut dire que j’ai un peu converti Lily, c’est une longue histoire mais en gros, elle a connu un pilote grâce à moi et du coup, elle a commencé à regarder ses courses et par la suite, elle s’est intéressée à d’autres pilotes. Je dirais que oui car on en parle assez souvent et on se comprend sur beaucoup de points par rapport à ça d’ailleurs.

Lily : Oui, Lauren a été la première et c’est en partie grâce à elle que je suis autant attachée au sport moto aujourd’hui. C’est évident que ça renforce les liens puisqu’on comprend des choses ensemble que d’autres ne comprennent pas.

Merci les filles !

Ces deux jeunes filles vivent leur passion à travers le championnat du monde MotoGP. Des joies, des peines, c’est un sport spectaculaire qui apporte son lot d’émotions, de frayeur aussi.