KTM 620 Duke              Episode 1 sur 4 (1993 – 1998)

KTM 620 Duke Episode 1 sur 4 (1993 – 1998)

4 février 2013 Non Par Chris

KTM 620 Duke

duke 620  1

Saga : KTM  Duke I  (1993 – 1998)

 

Aujourd’hui, tout le monde connaît de nom les KTM Duke… ce qu’on

sait moins, c’est que la première de la famille est née il y a 20

ans…. Retour et essai des 4 générations de ce phénomène.1993

La marque autrichienne dévoile sa Duke 1 620 qui dénote totalement
dans la production de l’époque (rappelez vous, en 1993… on avait des
sportives 4 cylindres de 250 kgs, des trails pour le tout terrain à la dure, des routières pour voyager, des motos 2
temps, et des BM de la police…).Le concept de KTM, au delà de sa parure et son regard tous deux dignes de Maya l’abeille, est nouveau, mi supermotard mi roadster.

609cc de caractère brut (oui, elle s’appelle 620 mais ne cube pas son
nom, classique chez KTM)
De l’assemblage de matos top niveau (Remus, Akront, WP, Brembo…)
50ch – 143 kgsA l’époque c’est le mono de route de série le plus méchant qu’on trouve
(enfin, hors les rarissimes motos françaises Barigo…)Avec le temps, elle a évolué à l’intérieur sans que çà se voit à l’extérieur.
Ajout du démarreur électrique rapidement, et la « last edition » de 1997
est même équipée du moteur suivant, le 640 (qui cube… 625cc, normal quoi)On en trouve pas mal en ocaze et même correctement kilométrées (> 30 mkm), preuve que les on-dit de manque de fiabilité doivent être certes pris au sérieux (il n’y a pas de fumée sans feu ), mais à relativiser aussi…Prix de départ dans les 1500 EUR, on en trouve des très propres vers 2000 EUR.
Alors, faut-il craquer ?
Quand on fait le tour de la machine, les jantes Akront à rayons étincelantes dans le soleil azuréen sont superbes, comme d’ailleurs une bonne partie des périphériques… les suspensions, le freinage, c’est beau.
Le moteur a moins bien vieilli, et que dire du tableau de bord… on
dirait que les voyants ont été peints dessus tant la finition est
limite.
Restent les compteurs au design si particulier, avec une calligraphie qui grossit à mesure que les chiffres augmentent.
duke 620  2
En selle, c’est fin, pas exagérément haut (860mm), la position est
naturelle, plus penchée qu’une DRZ 400 ou une XR 600 et surtout rendue plus agressive par le guidon très plat. Avant même de démarrer on sait qu’elle ne va pas inciter à la balade.Démarrage costaud (même si on sent que le démarreur souffre de
l’effort demandé).
Explosion rageuse et métallique.
Agressive la bestiole !Première en bas et GO !
Oh le rodeo !1ère extra courte et brutale, on enchaine la 2nde et la 3ème rapidement mais il faut toujours faire attention à rester au-dessus de la zone de pilonnage sévère du moteur à 3500 tr/m …Alors on s’applique, on garde le filet de gaz et en sortie de courbe
on visse la poignée de gazBRAAAAP
-3ème-
BRAAAAAAAAAAAAAP
-4ème-freinage, on rempile de deux rapports en freinant fort sans violence
(dosage parfait des Brembo, puissants mais pas agressifs) dans un
tonnerre de pétarades en espérant que le piston ne sorte pas de son
cylindre….Par contre, obligé de lacher le frein AV en courbe pour conserver la
vivacité de la moto car la direction si fige pas mal au freinage, et
on recommence2nde
BRAAAAP violent
-3ème-
BRAAAAAAAAAAP vigoureux
-4ème-
BRAAAAAAAAAAAAAAAAAP franc
-5ème-
BRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAP qui se calme enfin
Et oui, il faut se souvenir qu’à l’époque KTM de fait QUE des motos de cross et d’enduro… donc ils n’ont aucune notion d’un étagement de boîte de vitesses pour la route… les rapports sont très courts.
En jetant un oeil au bloc compteur et compte tours… les vibrations
sont telles que les aiguilles sont rentrées en transe et donnent des
indications… relatives, genre on connaît sa vitesse à 20 km/h près
et le régime à 2000 tr/m près aussi … çà ne sert quasi à rien quoi…Plage de régime hyper limitée, le mono explose à 5000 tr/m (enfin, je
crois) jusque 7500. Au-delà la vue se brouille…Fun, pas raisonnable, jouissive, mais usante et exclusive… voilà ce qu’est la Duke 620.
Il faut bien surveiller la consommation d’huile, quant à l’essence, vous demanderez une pause avant que le réservoir ne crie famine (150 kms)…
Dernier point, crucial, resserrez les vis après chaque balade…
L’entretien doit être rigoureux, et déjà à l’époque, ne pas oublier qu’il y a 2 filtres à huile à changer….
En conclusion, la première Duke une vraie moto de caractère (du genre à tomber seule de sa béquille, à reculer de 10 cm sur un coup de gaz à l’arrêt, ou à essayer de vous fracturer le tibia sur un coup de kick malheureux), qui a ouvert une voie largement exploitée par la marque ensuite…. à suivre les essais KTM Duke suivantes ( II, III et IV ).
Un bon choix pour les bricoleurs, avec la possibilité de tater une petite course de cote de temps en temps…
duke 620  3