Moto 2015 – Kawasaki Versys 1000 : elle a tout d’une grande ! Bonne surprise et gros coup de cœur pour ce trail

Moto 2015 – Kawasaki Versys 1000 : elle a tout d’une grande ! Bonne surprise et gros coup de cœur pour ce trail

2 juillet 2015 5 Par Lydia Truglio Beaumont

Moto 2015

Kawasaki Versys 1000 : elle a tout d’une grande !

Bonne surprise et gros coup de cœur pour ce trail

Cela faisait un bon moment que je ne m’étais pas éclatée comme une gosse au guidon d’un trail. Malgré son gabarit impressionnant, son poids tous pleins faits et sa selle trop imposante, la nouvelle Kawasaki Versys 1000 est vraiment très équilibrée et facile à piloter – à condition de mesurer 1m65, mesdames. En-dessous de cette taille, cela risque d’être compliqué…

kawasaki versys 1000 2015

En 2012, le lancement de la première Versys 1000 n’est pas passé inaperçu ! Premièrement, à cause de son look horrible – qui lui a valu de nombreux surnoms plus odieux les uns que les autres – et, deuxièmement, car Kawasaki proposait le premier maxitrail de l’histoire à moteur quatre cylindres.

En 2015, la nouvelle Kawasaki Vesys 1000 passe d’un « physique pas facile » à « un physique agréable » en se faisant une petite beauté, et son nouveau look lui va bien ! Fini les surnoms, à notre humble avis. La Kawasaki bénéficie aussi d’évolutions techniques primordiales, comme l’ajout de silentblocs pour mieux filtrer les vibrations du haut moteur, le montage en série d’une béquille centrale (ils ont pensé à nous, mesdames !), des réglages de suspensions améliorant le confort et un freinage renforcé par des disques de plus grand diamètre. La Versys 1000 évolue à l’image d’un crossover automobile, elle est une sorte de doux mélange des genres : trail par sa position de conduite surélevée, roadster avec le caractère moteur du Z1000 et grande routière avec la possibilité de mettre de la bagagerie.

En résumé, la nouvelle Kawasaki Versys 1000 est notre coup de cœur, bien qu’elle soit inaccessible aux petites tailles malheureusement. Cette grosse cylindrée japonaise est agréable, douce, équilibrée et polyvalente. On peut compter sur l’extrême souplesse de son quatre cylindres, la douceur de sa nouvelle commande d’embrayage et le parfait équilibre de sa partie cycle. Son point faible reste certainement les manœuvres à l’arrêt (et encore, ce point noir varie selon votre gabarit, mesdames, car pour moi, le poids n’a posé aucun souci), car il faut déplacer près de 250 kg. Comme disait la pub de la Clio Renault : « Elle a tout d’une grande ».

Essai Kawasaki Versys 1000 2015

Depuis la Honda CrossTourer 2014 équipée du système DCT, je n’avais plus eu de coup de cœur pour les trails. En effet, je les ai souvent trouvés trop hauts (malgré mes 1m68!), trop lourds, pas assez équilibrés au niveau du poids ou du couple, pas forcément esthétiques… Bref, quelque part, il y avait souvent un point trop négatif pour pouvoir arsouiller et prendre son pied sans s’inquiéter ou se soucier du comportement de la brêle (hors KTM et BMW Motorrad car jamais testés encore… Appel subliminal à ces deux constructeurs !).

Il est évident qu’à sa simple vue, on se demande si on va pouvoir chevaucher cette moto surprenante. Pour les trois femmes présentes, cette question fut la première ! La bonne nouvelle est qu’une fois en selle, on remercie Kawasaki d’avoir abaissé la selle à 840 mm. 5 mm gagnés, ce n’est pas énorme, mais c’est toujours mieux que les 845 mm précédents. Donc, avec mes 1m68, je touche les pieds par terre mais, attention, la selle est vraiment large et les cale-pieds sont aussi avancés : les motardes qui mesurent moins de 1m65 risquent d’avoir vraiment du mal à poser les pieds à terre pour le modèle Versys 1000. 

Avec son guidon rehaussé de 11 mm, ses cale-pieds avancés et sa selle aussi large qu’un sofa, la position est bien plus confortable en roulant et confirme que c’est une moto faite pour envoyer des bornes sans être fatiguée à la fin de la virée/journée.

Étonnamment, en ville ou en virolos, elle paraît légère, elle est maniable et équilibrée ; elle s’en sort très bien. En effet, une fois un peu lancée, son poids ne se fait plus sentir mais, attention mesdames, en ville ou ailleurs, il faudra tenir compte du gabarit de la machine (arrêt d’urgence, etc). Elle est bien équilibrée, et son quatre cylindres est d’une douceur déconcertante.

Lors de mon essai, j’ai testé des entrées en courbe tout en douceur ou plus agressives et la nouvelle Versys 1000 est restée saine. On peut évoluer sans problème sur un filet de gaz et renvoyer les gaz très rapidement en sortie de courbe. Côté vitesse, elle en a sous la selle et on tire notre chapeau pour l’efficacité du ride by wire qui n’occasionne aucun à-coup. L’amortissement est très prévenant et l’on peut sans problème atteindre des vitesses élevées sans être gênée par quoi que ce soit. L’embrayage « Assist & Slipper » assouplit la commande et le levier et empêche tout blocage de roue au rétrogradage.

Son agilité et son dynamisme sont comparables à ceux d’un gros roadster. D’ailleurs, attention ! Mieux vaut regarder son compteur, car on est vite propulsé à des allures folles (bon, on adore…). Un zeste du moteur de la Z1000 se dévoile rapidement.

Côté bruit échappement : faites votre choix. Nous, on a adoré la grande discrétion du silencieux d’origine. Toutefois, certaines préféreront une ligne Akra en option pour se faire entendre. Etant donné que cette Versys 1000 nous a donné des envies de voyages, la ligne d’origine convient parfaitement pour garder cette quiètude et ce silence tant appréciés sur de longues distances en roadtrip.

Pour conclure, la Kawasaki Versys 1000 est bien un gros roadster déguisé en maxitrail au concept original et plutôt atypique. Elle donne vraiment envie de « tailler la route » (seule ou en duo), de parcourir de nombreux paysages et de profiter de son confort indéniable.

kawasaki versys 1000 2015

Les + / Les –  de la Kawasaki Versys 1000 2015

Points positifs
  • Design sportif
  • Partie cycle dynamique
  • Moteur performant & Agréments
  • Technologies embarquées
  • Confort
  • Ligne plus harmonieuse
  • Béquille centrale en série
Points négatifs
  • Hauteur de selle (non réglable)
  • Cale-pieds gênants à l’arrêt
  • Indicateur de rapport engagé optionnel
  • Poids (250 kg)
  • Absence du régulateur de vitesses

Fiche technique (résumé)

  • Moteur : 4 cyl. 16 soupapes, 1.043 cm3
  • Puissance : 106 ch à 9.000 tr/mn (libre 120 ch)
  • Couple : 95 Nm à 4.500 tr/mn (libre 102 Nm)
  • Transmission : boîte 6 rapports + chaîne
  • Réservoir : 21 litres
  • Hauteur de selle : 840 mm
  • Vitesse : + de 220 km/h
  • Consommation: 6 l/100 km

Prix

12 699 € (Grand Tourer 14 699 €)