Kawasaki 650 Versys : la beauté intérieure

Kawasaki 650 Versys

Une Kawasaki versys magmotardes

Ah la Versys… le cahier des charges complet et réussi desservi par une esthétique de la face avant TRES discutable.

Et ce, que çà soit pour la première version , qui date de 2006, ou le restyling de 2010 encore en vente.

Pourtant, elle en cumule des bons points la Versys à l’usage… mais revenons un peu sur son histoire.

Présentation

L’idée de départ, c’est partir de la pétillante ER6 (notez déjà les gènes communs, une base saine, un moteur sympa, mais le look… sérieux les gars, vous avez perdu un pari ou quoi ?) et de la rendre plus polyvalente, plus exacerbé, plus … versatile !

D’où son nom, Versys, comme Versatile Système.

 

Mi trail, mi roadster, mi tout ce qu’on veut en fait, sauf sportive et custom, elle est censée représenter une alternative intelligente et moins onéreuse à des « roule toujours » un peu enjoués mais pas trop argentés.

 

Le moteur de l’ER6 est légèrement retravaillé pour s’adapter aux critères d’utilisation de la Versys : plus de couple à mi régime pour une meilleure réponse en reprises, et un peu moins de puissance à hauts régimes, utilisés moins souvent.

Au final, 64 chevaux largement suffisants au quotidien (8 de moins que dans sa cousine ER6, mais le manque ne se fait sentir qu’après 8000 tr/m).

Si on excepte ce phare avant digne du masque de Scream…le reste de la moto flatte quand même l’œil.

versys magmotardes skull

 

Entre le bras oscillant, la fourche inversée, les disques pétales, le treillis de la boucle arrière, les traits élancés et la finition presque  correcte, on aurait de quoi se satisfaire.

Au moment de grimper dessus, la selle de 840 mm peut poser quelques soucis aux jambes courtes. Mais c’est le prix à payer pour une position dépliée, très apaisée.

Par contre, bonne note pour le tableau de bord. Simple, joli, bonne surprise quand on se rappelle de la finition daubesque de sa cousine ER6 à ce niveau là. Pareil au niveau des mains, leviers réglables, feu de détresse, etc… Un point noir, pas vraiment une tare mais qui peut agacer : des vibrations persistantes dans le carénage à mi régime.

kawa versys 650 TDB magmotardes

 

On démarre et on retrouve un son de twin vertical, très métallique, et pas forcément mélodieux, qui tire au son de tronçonneuse en accélérant, bof…

Au moins l’intégration du pot est discrète, on pourra faire croire que çà vient d’ailleurs.

 En dynamique

La prise en main est évidente, et c’est là que la Versys séduit.

Dès que le rythme reste entre 30 et 130 km/h, la Versys se fait légèèèèèère, facile, la bonne copine qui pardonne tout.

La position de conduite, si l’on part circonspect sur le ressenti du train avant à cause du guidon haut, devient vite une évidence tant elle permet toutes les facéties.

La partie-cycle suit correctement. Evidemment ce n’est pas parfait, mais pour une moto moyenne cylindrée / entrée de gamme, c’est bien déjà.

Les mouvements de suspension sont marqués mais sans tomber dans le cheval à bascule et seule une prise de frein très brutale fera plonger l’avant. L’amortisseur lui est un peu sec et mené dans des retranchements type route à rallye, agitera le drapeau blanc pour se rendre…

A noter quand même que les suspensions sont réglables, un plus. Et que la garde au sol, une fois retirés (ou limés, çà vous regarde) les tétons de repose-pied, n’est pas mauvaise du tout.

Niveau freinage, le mordant est faible, la puissance moyenne, l’ABS présent en option assez efficace.

Question moteur, le contrat est rempli.

Le bicylindre de 650 cc se montre moins creux à la relance que dans les bouts droits. Le travail effectué par rapport à l’ER6 est sensible et le bi est rond dès 2500 tr/m, puncheur jusqu’à 7000 où il donne l’impression d’avoir envie de se reposer pour la suite.

kawa versys 650 magmotardes 3

Et pour rouler loin, elle est aussi là.

La bulle de la Versys, réglable, permet de moduler la protection contre les courants d’air et est efficace jusque 150 km/h.

Au delà, çà remue un peu, sachant que le moteur est volontaire jusque 170, puis grimpe mollement mais surement jusqu’un petit 200 compteur.

Excellente rouleuse, le réservoir de 19 litres permettant de longues étapes, jusque 360 kms, sur tous types de routes, car la consommation varie assez peu qu’on roule sur un filet de gaz ou de manière plus brutale.

Niveau concurrence, sa seule vraie concurrente serait la Ducati 620 Multistrada de l’ancien catalogue, mais elle la domine partout, sauf peut être sur la forme de la selle pilote, géniale sur la Ducati, car très large sur sa partie arrière quand on veut rouler cool, et très fine devant ce qui permet de bien bouger dessus à l’attaque ou d’aider les plus petit(e)s en ville à poser les pieds par terre.

La VStrom 650 peut aussi être une alternative, surtout pour son confort meilleur, mais elle est un poil en retrait niveau dynamique, çà frotte plus vite en virage, et surtout, elle ne fait pas mieux niveau look…

Niveau fiabilité et cout d’entretien, bon point, petite révision tous les 12.000 kms, et grosse révision à 42.000 kms.

Combien çà coute ?

Le prix neuf, 7599 € et avec l’ABS : 8199 €

En occasion, à partir de 3000€ pour une machine encore prête à rendre de nombreux services, du voyage en duo à la spéciale de rallye en passant par l’utilitaire citadin pur.

Reste une fois encore le look de la partie avant… la seule manière de s’y faire, c’est de rester assis dessus, on ne la voit plus. Et il faut penser à la tourner avant de faire les photos paysage aussi…

kawa versys 650 magmotardes 4

 

Fiche technique :

Bicylindre vertical 4 temps refroidi par eau.
Cylindrée : 649,2cm3
Puissance maxi : 64ch à 8000 tr/mn
Couple : 6,2 mkg à 6 800 tr/mn
Boîte de vitesses : à 6 rapports
Cadre : Treillis tubulaire en acier, moteur suspendu
Suspension AV : Fourche inversée, réglable
Suspension AR : Bras alu type Cantilever, mono-amortisseur latéral
Frein avant : Double disque en pétales 300mm étriers 2 pistons juxtaposés, ABS en option
Frein arrière : simple disque en pétales 220mm étrier simple piston
Pneus : Av 120/70 par 17, Ar 160/60 par 17
Poids à sec : 181kg
 

 

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer