ITW exclusive de Maëlle Bournier : Side cariste à la SRC

Pilote bretonne de Side car, Maëlle Bournier est l’une des rares femmes à l’être de nos jours. En effet, hormis Estelle Leblond aux commandes aussi, il est très rare de croiser sur piste au guidon du Side Car.

Du coup, le magazine a souhaité en savoir plus sur ce petit bout de femme.

Mariée et Maman de deux enfants (Léna et Thiago), Maëlle s’éclate aussi à conduire un Side car F1 (moteur GSXR 1000cc). Aussi, la Sunday Ride Classic est une belle aventure pour la miss sous les yeux de ces petits loups.

Interview exclusive de Maëlle Bournier

Mag’ Motardes : Peux-tu nous parler un peu plus de toi et des tes débuts ?

Maëlle Bournier :  » Oui bien sûr. Alors j’ai commencé en tant que passagère d’un Side Car en fait durant 4 ans.

Puis j’ai acheté mon propre châssis avec une amie et l’histoire à commencer à s’écrire… Et petit à petit, j’en suis venue à être la pilote.

On l’a acheté en fin 2012 puis en 2013 et 2014, nous sommes parties nous entraîner avec. Ensuite, en 2015 j’ai du faire une pause obligatoire comme j’étais enceinte. Et dès 2016, on est repartie à bloc avec mon amie Vanessa Penault.

Puis en 2018, je me suis mise au circuit de vitesse sur le Circuit Carole comme cela est facile pour être franche. Car niveau accessibilité des Side Car, cela n’est pas toujours évident de rouler sur piste dans le Nord.

Sinon ma co-équpière, enfin mon singe, Vanessa Penault, qui a fait quelques manches de la Women’s Cup, mais qui fait principalement du Supermotard en course de côte, nous avons réellement commencé l’an passé sur deux circuits.

Nous avons fait Haute Sintonge et le Vigeant avec notre Side Car GSXR 1000cc Windle de 1995.

Malheureusement, nous nous sommes retournés au 4e tour de la course du Vigeant et ma singe est restée bloquée dessous le Side Car. Du coup, drapeau rouge et immense frayeur pour moi. Depuis la miss se rétabli des ses fractures liés à ce choc et elle jongle avec les hôpitaux afin de se soigner au mieux. »

Sinon, entre temps, Maëlle reste très proche d’elle durant ce douloureux combat et elle continue les courses avec « Flo », un pilote de course de côte durant son rétablissement.

En fait, tous deux sont partis faire un essai à Carole une seule fois ensemble. Ils se sont parfaitement entendus, et du coup, l’aventure est repartie pour la pilote et lui-même. Aujourd’hui, les voilà donc pour la seconde fois sur le Side Car à la Sunday Ride Classic.

Mag’ Motardes : Comment se sont passés tes essais sur le circuit du Paul Ricard ? Le Singe te convient-il ? Il arrive à se positionner de la bonne manière ? Votre duo fonctionne t-il ?

Maëlle Bournier :  » Oh que oui, il est bien et il va très bien. D’ailleurs, il m’engueule, il me dit « va plus vite » lol. Mais bon j’avoue que j’ai encore quelques séquelles de mon accident avec Vanessa. Cela est vraiment pas facile pour être franche d’aller au delà de ce que je me sent à ce jour. En plus, notre Side Car a connu une petite fuite qui nous a contraint a stopper nos essais libres.

Et puis, pour info, en fait lors de notre accident au Vigeant, je suivais un châssis court non long dans la trajectoire… même si je savais pertinemment que les deux n’ont pas du tout les mêmes trajectoires mais comme il venait de me doubler j’étais légèrement échaudée. Et pourtant, ma passagère me tapait dans le dos d’une certaine manière afin que je la comprenne (nous avons mis entre nous en place des codes) mais bon je ne l’ai pas écouté et j’ai continué plein gaz exceptionnellement. Ensuite, j’ai malheureusement pris le petit trou et j’ai contre braqué… La chose a ne surtout pas faire et puis BAM.

Mag’ Motardes : Pour moi le Side Car, enfin disons dans mon idée personnelle, c’est la liaison de deux vies, est-ce une bonne définition ?

Maëlle Bournier : « Tu as raison Lydia, nous avons une confiance absolue l’une en l’autre et une amitié incroyable toutes les deux. En fait, notre duo en est la preuve malgré les déboires que nous avons eu car je suis là et je serai toujours là pour elle. Tu vois le 12 juin, elle se fait opérer de nouveau et je serai là. J’ai tout déplacer de ma vie personnelle et j’ai aussi posé mes vacances afin d’en être. Alors ta définition est quelque part la bonne je dirais. »

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer