FFMC : L’Édito du Bureau national

FFMC : L’Édito du Bureau national

11 octobre 2018 0 Par Mag Motardes

ECOLOGIE ET MOTO  « Ma liberté s’arrête où commence celle d’autrui. » J-P Sartre

La transition écologique est reconnue par (presque) tous comme nécessaire pour la survie de la planète et de l’humanité. Les énergies fossiles qui aliment nos moteurs thermiques n’existent pas en quantités infinies, il est donc là aussi inéluctable que nos modes de loisirs et transports favoris soient amenés à changer dans un avenir plus ou moins proche.

L’État a promulgué un plan spécifique aux deux-roues motorisés pour cette transition écologique, plan qui comporte 11 mesures qui pourrait bien bouleverser rapidement la pratique de la moto. Le plan vélo, remis en lumière par la spectaculaire démission de Nicolas Hulot du ministère concerné, aura lui aussi des conséquences sur les aménagements urbains.

C’est en ville d’abord que les mesures se feront sentir, avec des restrictions de circulation de plus en plus fréquentes et étendues, accompagnées des désormais sempiternels systèmes automatisés de contrôle. L’objectif du gouvernement est ni plus ni moins qu’éradiquer définitivement les véhicules thermiques de nos rues d’ici à 2040, tout en interdisant les cyclos thermiques dès 2030 !

Certes, en ville, un véhicule électrique est efficace et en apparence vertueux, mais il ne faut pas oublier quelques effets pervers : la pollution localisée ailleurs que provoque sa fabrication, celle générée par les centrales électriques si elles ne sont pas nucléaires, sans compter avec la mise au rebut de tous les véhicules thermiques interdits ! Nombreux sont les experts qui pensent que le véhicule électrique ne peut constituer qu’une transition, et ne représente en tous cas pas la panacée, LA solution restant à inventer…

Bien entendu, la FFMC, qui a voté la résolution rappelée ci-dessous, ne peut que reconnaître les bienfaits d’une moindre pollution, gazeuse ou sonore d’ailleurs. Mais nous veillerons à ce que cette transition se fasse intelligemment, en reconnaissant lors de cette transition les avantages de fluidité du deux-roues thermique en attendant mieux.

Nous n’avons rien lâché, et nous ne lâcherons rien !

Rédigé par le Bureau national FFMC