Honda CBR 954 Fireblade

Honda CBR 954 Fireblade

2 juillet 2013 0 Par Chris

Honda CBR 954 Fireblade

La Honda 954 CBR Fireblade RR (on avait déjà commencé à multiplier les RR déjà l’époque) a été présentée au public en 2002.

Il faut revenir un peu à cette période pour en comprendre la genèse. La Fireblade avait mis une claque à toute la concurrence à sa sortie en 1992, mais petit à petit, alors que la concurrence était rentrée dans une guerre sans merci à la puissance brute, la Honda elle évoluait gentiment en gardant son âme de routière facile à utiliser…  La 954 est la première réponse hyper sportive de Honda dans les années 2000, puisqu’elle suit l’arrivée tonitruante de la Suzuki GSXR 1000 en 2001.

Design agressif, phare en boomerang, coque arrière pointue, feu arrière à diode, réservoir bien échancré, les designers ne se sont pas loupés. Comparée à sa grande sœur CBR 919 plus âgée de quelques années à droite sur cette photo, on voit bien la différence en termes d’agressivité.

honda cbr 954 fireblade magmotardes 3

Mais autant les Fireblade précédentes restaient faciles d’accès, autant sur cette 954, il suffit de monter à bord pour savoir qu’à part le sport, le programme ne va pas être trop confortable. Autant la selle reste abordable (800 mm), autant la position des guidons bracelets, très fermés et bas, vous renvoie à une posture qui ne laisse pas planer le doute sur le rythme à adopter pour être bien. Bien planqué dans la bulle, le tableau de bord noir avec une petite fenêtre digitale est complet et lisible.

La mise en route ne relève pas de caractère particulier, si ce n’est un moteur capable de prendre ses tours avec très peu d’inertie et dans un feulement très caractéristique. La boîte de vitesses, un peu ferme mais précise, est guidée par un embrayage à câble pas très agréable à utiliser car tout mou, mais au moins, on ne risque pas la tendinite à chaque feu rouge comme sur une Ducati !

La ville reste une punition, entre la chaleur qui remonte du réservoir, les poignets cassés, le rayon de braquage très moyen et l’embrayage pas très précis.

La boîte de vitesses appelle un autre commentaire… Avec son premier rapport qui tire long, ceux qui aiment conduire haut dans les tours resteront souvent en première sur les relances en sortie de virage. D’ailleurs, même sur cette moto de 10 ans, l’inadéquation « vitesses atteintes / dangers de la route » ne doit pas quitter l’esprit du (de la) pilote. 140 en première, 220 en troisième… Je ne vous fais pas de dessin…

C’est vrai que pour lâcher la bride sur ce genre de machine, la piste est tout indiquée, mais là aussi, il faut savoir rester humble. Le moteur Honda 954cc ne délivrant pas énormément de sensations, on a tendance à remettre plus de gaz plus tôt, mais avec 150 chevaux dans la poignée et une géométrie aussi radicale, la punition est proche, et ce n’est pas le propriétaire de cette CBR 954 qui nous dira le contraire, puisqu’il sort d’un gros high side sur piste il y a quelques semaines (c’est-à-dire, trop de gaz en sortie de virage encore penché, moto qui glisse et tourne sur elle-même, puis le pneu arrière raccroche, la moto arrête de glisser d’un coup, se comprime sur ses suspensions et catapulte le pilote dans les airs…).

Bref, gaffe, sous ses airs de bonne copine facile à prendre en main, la Honda 954 CBR reste une hyper sport, avec ce que cela demande d’humilité pour qui la conduit.

Niveau châssis, comme sur beaucoup de Honda, c’est le côté neutre qui ressort, elle ne plonge pas trop vite dans les virages, n’élargit pas trop, ne secoue pas plus que ça sur les bosses… Bref, ce n’est pas radical, et c’est plutôt la position et le réglage des suspensions (trop ferme, mais ça se règle) qui viendront à bout des poignets et fesses du pilote au bout d’un moment, sur les routes en mauvais état.

honda cbr 954 fireblade magmotardes 2

Comme toute bonne sportive, elle se délecte d’une conduite très déhanchée, et le grand espace entre le réservoir et la coque de selle passager laisse beaucoup de liberté de mouvements. Un plus pour les amateurs de sliders. Mais bonne nouvelle pour les autres, elle se conduit aussi plutôt bien avec le bassin, grâce à un poids réduit (donné pour 168 kg à sec mais on lui en donnerait bien 20 de plus à la conduite, la faute notamment au pneu arrière de 190 mm qui gagnerait à être moins large). Freinage sans commentaire.

Niveau consommation autonomie, on peut viser les 200 km avant passage en réserve en restant dans les tours, et même 240 km en conduite ultra coulée.

Dernier point, la solidité du bloc moteur est reconnue et tout l’accastillage respire la qualité qui dure. En bref, acheter une CBR 954 de 50 000 km, bien entretenue et mise à jour niveau suspensions (un amortisseur arrière adaptable fait du bien), est une bonne idée pour qui veut tâter de la piste avec une grosse puissance mais sans avoir à gérer l’explosivité d’une GSXR 1000 ou d’un R1 de cette époque où l’électronique se résumait à une loupiote rouge qui clignote au tableau de bord quand la moto est éteinte. Comptez 4 000 € pour un modèle pas trop kilométré. D’autant que cette machine ayant été commercialisée jusque 2003, la carte grise est moitié prix (mais pas l’assurance, évidemment).

Fiche technique

Moteur :

  • Type de moteur :  4 cylindres en ligne, 4 temps
  • Nombre de soupapes :  16 soupape(s)
  • Cylindrée : 954 cm³
  • Alimentation : 4 carburateurs Ø 34 mm
  • Refroidissement : Liquide
  • Démarreur :  Electrique
  • Puissance : 151 ch à 10 500 tr/min
  • Boîte de vitesses : Manuelle 6 rapports

Châssis :

  • Cadre :  Périmétrique
  • Suspensions avant :        Fourche télescopique Ø 45 mm (120 mm)
  • Suspensions arrière :      Mono namortisseur (112 mm)
  • Freins avant :     Double disque, Ø 330 mm, étriers à 4 pistons
  • Freins arrière :   Simple disque, Ø 220 mm, étrier à 1piston
  • Pneus avant :     120/70 ZR17
  • Pneus arrière :   190/50 ZR17
  • Hauteur de selle :            800 mm
  • Empattement :  1405 mm
  • Garde au sol :     135 mm
  • Poids :   168 kg à sec, 198 kg tous pleins faits
  • Réservoir :           18 litres