Essai de la Bmw 1250 GS

Essai de la Bmw 1250 GS

Maniabilité, facilité et praticité pour cette nouvelle moto BMW 1200 GS.

BMW possède encore une longueur d’avance sur la catégorie des gros Trails, et les R1200GS et R1200GS Adventure figurent toujours comme les meilleures ventes de cette catégorie.

Déjà qu’on la savait surprenante… Et bien, elle l’est toujours car on peut aussi bien passer de la route à la terre sans aucun problème. Et d’ailleurs, on le remarque fortement en Corse, où j’ai réalisé mon essai de la brêle GS 1200 et également la GS 800 Rally.

Sinon, de mon point de vue, son seul défaut c’est juste que la première tire trop long et que la béquille centrale est un peu dérangeante en tout terrain.

Toutefois, ce sont des faux problèmes car on peux l’ôter en gros et changer le pignon en cas de pratique off road.

Par contre, il faut souligner que tous les modes et les assistants sont vraiment très bien réglés et très faciles à jouer avec même lorsque l’on roule les motardes. les manettes sont vraiment bien positionnées et les options supplémentaires améliorent l’agrément et la sécurité.

Le tableau de bord est inédit avec l’intégration de nouvelles fonctions et une navigation toujours fluide depuis la molette de contrôle logée sur le guidon à gauche.

Aussi avec l’arrivée de ce nouveau tableau de bord, BMW mise sur le gain en agrément au quotidien comme en voyage, puisque par exemple, l’utilisation du guidage GPS totalement intégrée pour éviter de disperser son regard vers les différents instruments et ainsi conserver un maximum de temps pour regarder la route.

Sinon, les feux auxiliaires à leds (option) adoptent un nouveau design avec une efficacité accrue. Et le système Keyless de clé mains libres est parfait pour les têtes de linotte comme moi par exemple.

Enfin, le dernier point, non négligeable est, que l’on a plus besoin de « Liberty Rider » comme l’Emergency Call (système intégré d’appel d’urgence à une centrale d’aide téléphonique) sur la GS standard et la GS Adventure est présent.