Essai de la VMAX 1700 2016 : Une moto de légende équilibrée, vivante et caractérielle. Au revoir ma belle, c’est à contre coeur que nous disons adieu à un mythe

YAMMAI016-BAN728x90_Tricity

Essai de la VMAX 1700 2016 : Une moto de légende équilibrée, vivante et caractérielle. Et c’est à contre cœur que nous disons adieu à un mythe.

Au revoir ma belle ! Au revoir le Mythe ! Au revoir Miss VMAX !

Avec son train avant de folie, son châssis ultra sain et performant, son équilibre général parfait et son moteur sur-vitaminé, la belle et imposante VMAX fait ses adieux au catalogue Yamaha… Evidemment que la Norme Euro4 plaide coupable et signe l’arrêt de mort d’une légende importée en France en 1985 par le visionnaire Jean Claude Olivier (JCO)

VMAX 1200 2016
Lydia Truglio Beaumont et Serges Nucques en plein départ arrêté

Une agréable surprise ! Voilà trois mots avec lesquels je pourrais résumer cet essai. Car loin de moi l’idée d’être négative avant l’heure mais à la vue de ce montre énorme et lourd, je ne m’attendais forcément pas à prendre mon pied à son guidon. En effet, avec sa selle large et son poids démesuré, je pensais vraiment galérer à piloter ce mythe. Et pourtant ce fut tout le contraire. D’entrée de jeu je me suis sentie comme un poisson dans l’eau à  son guidon.

On regrette évidemment de l’avoir découverte si tardivement et on regrette encore plus sa disparition du catalogue Yamaha dès 2017. Le verdict est tombé ! La norme Euro4 plaide coupable et condamne ce petit bijou à mort. Alors pour les accrocs au VMAX sachez qu’il reste encore une trentaine d’exemplaires disponible à la vente. Collector elle est, Collector elle restera.

Pour la petite anecdote, il faut savoir que la VMAX a une histoire un peu hors du commun en fait. JCO, le grand monsieur visionnaire, découvre ce petit bijou au Japon lors d’une présentation commerciale du groupe grâce à une personne qui lui dit « vient je vais te montrer quelque chose » Le japonais retire le drap de la moto, la VMAX se dévoile sous les yeux attendris de JCO. Coup de foudre immédiat ! Il voit ce monstre vivant devenir une légende dans sa tête. Il est décidé, il la veut pour la France et il « mange le cerveau » des financiers japonais pour obtenir une version homologuée française. Les nippons refusent immédiatement et lui explique que la mise aux normes du pays coûtent bien trop chères et qu’il est hors de question de l’homologuée pour la France pour en vendre quelques unités. Mais JCO n’a pas dit son dernier mot, il annonce aux japonais un chiffre colossal de ventes prévisionnelles de la VMAX et assure que ce sera un carton dès son arrivée.

JCO a du convaincre tous les autres pays pour pouvoir importer cette moto de forte personnalité et caractère en France.

Patchwork de travail, d’idée pour définir la personnalité de la VMAX. C’est une machine qui a un look et un design parti à base d’images telles que Superman, Superwomen, sexy, bodybuilder, etc… c’est l’ancêtre des Moonwalk en fait et non de Mad Max comme certains pourraient penser.

 

patchwork idee creation VMAX 1200 1985
Patchwork fourni par Yamaha Motor Europe @DR

JCO gagne son premier pari. La moto est importée en France en 1985. Dès son arrivée, elle affichera un succès indéniable et exponentiel durant de nombreuses années. 145 chevaux ! Ça décoiffe pour l’époque tout de même surtout pour une moto homologuée qui à l’origine est prévue pour se taper des accélérations en ligne droite uniquement. On était bien loin des galères des 100cv ou 200cv actuels et des limitations de vitesse à 50kms/h !

Plus de 500 unités vendues dès son arrivée en 1985 à plus de 1700 unités en 1991 soit 7 ans de croissance et de ventes en augmentations chaque année. Dès 1992, le déclin va commencer à se faire sentir mais les ventes vont rester constantes malgré tout. Pour assurer ces jolis résultats, JCO avait mis entre le VMAX 1200 entre les mains de quelques stars tel que Bobby Barrier, figure de Saint Tropez, pour appuyer le lancement ce nouveau modèle.

ventes + chiffres + vmax 1200 + 1986 à 2003

La VMAX taille la route jusqu’en 2003 et connaît des remises à nouveau régulièrement. Mais c’est en 2001 que la dernière version évolue encore un peu plus. En 2003, la VMAX fera son premier adieu au marché de la moto français. Et oui, dans le cycle de vie d’une moto parfois c’est la mort subite, mais parfois, elle réapparaisse comme par magie. C’est donc en 2009 que la VMAX fait son grand retour avec 200cv et un V4 au son de folie sans oublier le nouvel électronique au top ! La nouvelle VMAX 1200 est différente encore plus pimentée, plus équilibrée et encore plus en accord avec les « envies » du marché sans pour autant y laisser son âme originelle.

L’histoire continuera de s’écrire pour cette légende hors norme et à l’histoire atypique qui renaît de ces cendres. La VMAX conservera aussi cette image de « club ».  Elle fêtera même ses 30 ans avec une édition spéciale et un coloris qui n’est pas sans rappeler Kenny Roberts.

Elle sera toujours autant plébiscitée par les motards et motardes fan de ce modèle. Les ventes affichent des chiffres stables.

ventes en france de la vmw + chiffres + 2008 + 2016

En 2016, la VMAX nous dit à nouveau adieu. Il est évident que la partie financière et économique entre aussi en compte en plus de la norme Euro4 et bientôt la norme Euro5 car il faut savoir que le moteur, le châssis, le cadre, les jantes, etc. sont uniques à la Vmax et ne sont utilisés sur aucun autres modèles du constructeur. Du coup, le coût de production de ce mythe ou de cette légende commence à faire mal au « bénéfice » du constructeur.

A l’heure actuelle, l’efficience et l’efficacité de production ainsi que la maîtrise des coûts de productions sont une réalité économique à respecter pour pouvoir tirer son épingle du jeu sur ce marché mitigé. D’un bicylindre, on en fait 2 à 3 motos par exemple alors que ce modèle est une hérésie donc. On a grandement apprécié que Yamaha nous offre l’opportunité de faire un essai de la dernière version de la VMAX. Royal au bar !

2016 Wheels & Waves + VMAX 1200 2016 + lydia truglio beaumont

Essai de la VMAX 1700 modèle 2016 

La VMAX 1700, mythe et machine à préserver, histoire à protéger. Malgré cette réalité économique et écologique, ce modèle, qui fait partie intégrante de la philosophie Fasters Sons et entre dans la sphère Yard Bult de la gamme Yamaha. Alors bien qu’elle va disparaître petit à petit, elle  restera toujours une légende sur ce marché de niche.

Il faut comprendre que la Vmax entre dans le Sport Héritage, dans la philosophie Fasters Sons de la marque Yamaha. Alors vous vous doutez bien que si la VMAX part, c’est certainement pour laisser la place à une nouvelle machine. C’est la logique de la vie… on naît pour mourir… Le cycle de vie d’un produit est pareil : Naissance et mort sont au programme ! Les ancêtres disparaissent pour laisser la place à la nouvelle génération. Cela présage sûrement  la naissance d’un nouveau bébé sur ce marché de niche…

Et on l’attends avec impatience car on a adoré piloter cette meule. Une excellente surprise au rendez-vous ! Dès le matin, je choisis de commencer la journée des essais au guidon de la dernière version de la VMAX 1700. Dans ma tête, je me dis secrètement «  voilà au moins c’est fait, on en parle plus, je la change dès que je peux ». Erreur monumentale de ma part, car à peine monter dessus, je suis surprise de me sentir super bien à son guidon malgré sa selle bien trop large et sa hauteur de selle importante et son poids loin d’être contenu pour mon gabarit.

Talons Lady Aura, modèle 2016, de chez TCX Boots au pied, je pose parfaitement les pieds par terre, je me sens en sécurité pour manœuvre le monstre à l’arrêt et le mettre dans le sens du départ. Et pour être tout à fait honnête, je reconnais que j’avais un tas de mauvaises idées reçues à son sujet. Tout comme la vache qui rit «je l’imaginais, trop grosse, trop lourde, trop laide» et bien que nenni ! C’est tout à fait l’opposé ! Une sacré bonne et agréable surprise à son guidon.

Dès que j’ai tourné la clef, mis le contact, entendu son moteur vibré et sa ligne chantait, toutes mes craintes liées au poids et à sa selle large ont disparu. Je me suis surprise à prendre du plaisir instantanément. Dès les premiers coups de gazz en ville et dans les premiers virolos des routes basques et Béarnaises, je fus frappée par cet équilibre général quasiment parfois de la moto et de sa facilité d’accès. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à la céder finalement…

Cet équilibre, ce poids oublié lorsque que la moto est lancée, son moteur joueur et caractériel associés à son tain avant très sain m’ont sécurisé et m’ont permis d’enrouler avec une facilité déconcertante les différents cols empruntés.

Un confrère (sur la vidéo ci-dessous que j’ai tournée), au guidon de la version full de la VMAX 1700, a eu exactement le même feeling et ressenti. Il fut tout aussi stupéfait que moi concernant cette machine intemporelle.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo, conduite souple et coulée en col et routes sinueuses, conduite agressive et jouissive en ligne droite. On a même essayé le mythe sur un départ arrêté Serges Nuques et moi-même et bon de dieu que c’est bon ! Elle en a sous la selle !

Que vous dire de plus sinon sur ce modèle qui quitte la gamme ! On ne va pas vous parler consommation, prix, évolutions technologiques apportées ou autres vous les connaissez déjà et vous avez tous les détails dans les articles ci-dessous.

La seule chose a ajouté mesdames ou messieurs de petits gabarits, est qu’il faut avoir une expérience certaine pour piloter cette légende car elle demande un certain savoir faire et risque de vous mettre à mal en cas d’arrêt d’urgence ou de freinages trop appuyés (bien que tip top avec l’assistance électronique) si vous ne touchez pas les pieds par terre. Son volume et son poids risquent tout simplement de vous dominer et donc de vous mettre à terre.

Hormis cela, on saluera aussi la selle passagère qui est d’un confort agréable. Cette moto, bien qu’à l’origine soit faite pour aller vite en ligne droite, s’avère être une excellente complice de ballade et de ballade à deux aussi. Le passager était bien au programme des ingénieurs vu le confort d’assise et de position de ce dernier.

Sur route, sur Autoroute, sur des nationales et en route sinueuses, la légende VMAX 1700 m’a vraiment séduite à tout point de vue. C’est une moto surprenante et vraiment bien équilibrée.

Adieu ma belle !

2016 Wheels & Waves + VMAX 1200 + lydia truglio beaumont + mag' motardes

Comments

comments

C'est à vous !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer