Comment çà marche (moteur partie 1)

Comment çà marche (moteur partie 1)

20 décembre 2012 2 Par Chris

Comment çà marche (moteur partie 1)

comment çà marche moteur magmotardes

Aucune velléité ici de donner un cours de mécanique; mais un rappel simplifié des éléments de base qui composent le moteur de votre moto.

Quelle est l’utilité de les connaître ?

Afin d’éviter qu’un mécano malveillant abuse d’une méconnaissance et embrouille votre esprit avec des notions inexactes… Si si çà arrive encore, hélas… ( commentaire Mag’ Mot’ : rarement Chris, soyons positive ! )

On rentrera plus tard dans la différenciation des moteurs selon leur type (nombre de cylindres etc), mais déjà, voici le puzzle de base qui va permettre de comprendre le moment principal de vie de nos chères montures : l’explosion.

Voici un schéma simplifié d’un haut moteur coupé dans sa verticalité, pour permettre de mieux comprendre la suite :

moteur 1

Partons du haut de l’image pour décrire les éléments et descendre ensuite.

Tout en haut la culasse, qui couvre le haut du moteur.

La culasse est comme un toit et abrite 2 éléments :
– la bougie (qui donne une étincelle),
– les soupapes (qui sont au minimum au nombre de 2 et peuvent aller couramment jusqu’à 5 par cylindre).

Quand elles sont relevées au maximum, chaque soupape fait étanchéité avec le conduit qu’elle ferme.
Il y a 2 types de conduits :
– l’admission
– l’échappement

Quand une soupape d’admission descend, elle laisse échapper de son conduit un mélange d’air et d’essence qui se retrouve dans le cylindre. Puis elle se referme.

Quand une soupape d’échappement descend (plus tard, après l’explosion dont on va parler plus bas), elle permet aux gaz brulés de repartir dans un conduit , en l’occurrence le collecteur d’échappement.

Revenons une fraction de seconde avant cela et concentrons nous sur le milieu de l’image.

Nous avons donc un mélange air/essence qui est dans le cylindre (merci la soupape d’admission qui est descendue).

Au même moment, le piston (qui ne fait qu’une chose : coulisser de haut en bas dans le cylindre) va remonter et compresser ce mélange air-essence.

Simultanément, la bougie va donner une étincelle.

Etincelle + air + essence = explosion

Et cette explosion repousse le piston vers le bas du cylindre.

Le piston, est attaché à une bielle, qui va descendre en même temps, en toute logique.

Et au bout de la bielle, est attaché un vilebrequin qui tourne sur son axe, comme un balancier.

Si bien qu’à chaque fois que le piston est repoussé vers le bas, le vilebrequin fait un tour sur lui-même… et avec la force de son élan renvoie le piston vers le haut.

Entre temps une soupape d’admission aura à nouveau injecté de l’essence + air… et une nouvelle explosion se reproduira dès que la bougie donnera son étincelle.

Et ainsi de suite.

Voici le tout en mouvement :

moteur 2

Nous venons donc de voir les 4 grandes étapes du moteur… à 4 temps !
1. Admission
2. Compression
3. Explosion
4. Echappement

Voici les 4 temps résumés en une image:

moteur 3

Plus on tourne la poignée de gaz, plus on envoie du mélange essence + air, plus l’explosion est forte, rapide et donc répétée, et le moteur accélère son rythme, et donc son régime, exprimé en tr/m, et mesurés en milliers.

SONY DSC

Donc quand votre aiguille de compte-tours est sur « 6 » par exemple, cela signifie qu’à cet instant, votre moteur effectue 6000 tours (de vilebrequin donc) par minute. Soit 100 tours à chaque seconde.

A venir :

– d’où vient l’étincelle ? (ou comment comprendre l’allumage)
– d’où vient l’essence ? (l’injection ou la carburation)
– à quoi servent les fluides ? (les recettes avec l’huile et le
liquide de refroidissement)

La suite :

moteur comment çà marche ? Partie 2

le caractère moteur, c’est quoi ?