Aprilia Tuono Factory 2005                      Moi, moche et méchante

Aprilia Tuono Factory 2005 Moi, moche et méchante

26 avril 2013 Non Par Chris

Aprilia Tuono Factory 2005

aprilia tuono factory 2005 magmotardes 4

L’Aprilia Tuono fête ses 10 ans, l’occasion d’essayer une de ses versions les plus brutales, à défaut d’être la plus puissante.

.

« Tuono » , çà veut dire « tonnerre » en italien (et non pas « thon » comme le susurrent les mauvaises langues lol ) , et c’est l’appellation choisie par Aprilia pour ses roadsters sportifs.

Mais Aprilia ne fait pas comme les autres constructeurs quand ils conçoivent un gros roadsters.
Les autres, ils fabriquent un chassis « special roadster » et y mettent une version dérivée d’un moteur de sportive.
Aprilia, il prend une sportive (la RSV à l’époque), il coupe un bout de carenage, il met un guidon droit et……. c’est tout.
.
C’est ainsi qu’est née la Tuono en 2003, et cette déclinaison Factory (comprendre très très améliorée) en 2005.
.
Quelques rappels sur cette machine et ce qui la différencie d’une Tuono d’origine :
Fourche ohlins, amorto ohlins, amorto de direction ohlins (y a-t-il le porte clé ohlins ?)
+ ligne complète Akrapovic titane signée aprilia, dechicanable
+ freins brembo à étriers radiaux (les premiers à l’époque)
+ jantes oz en alu forgé plus légères
+ tout l’habillage en carbone sauf le réservoir.
.
Cette moto se vendait 16.990 EUR à sa sortie, soit à l’époque autant qu’une Ducati 999 S … moins bien équipée.
En statique
A l’arrêt, la finition est de haut niveau, il suffit de laisser traîner son regard sur le train avant pour s’en convaincre.
Le té de fourché taillé dans la masse, les pontets, etc. Et la profusion de carbone partout, des platines repose pieds à la tête de fourche en passant par les écopes de refroidissement.
aprilia tuono factory 2005 magmotardes 1Une fois en selle, la moto est assez fine (merci le bicylindre en V) malgré un cadre massif, le réservoir écarte un peu les jambes, sans excès, tandis qu’il faut quand même un peu se pencher en avant pour attraper le guidon doré.
.
La moto est plus agréable pour les 1.70m et plus.
Mais les plus grands seront gênés par les jambes très repliées, premier signe qu’on est ici devant une vraie sportive roadsterisée, et non un roadster en survêtement… Nuance.
.
Le tableau de bord est planqué très bas et éloignera le regard de la route, mais reste typique Aprilia… genre Airbus avec cette couleur rouge très agréable en retro-eclairage.
aprilia tuono factory 2005 magmotardes tableau de bord 4
En dynamique
Mise en route, le double akra (qui avait perdu ses chicanes) est très rauque, très régulier,
très rond sur le ralenti.
Embrayage ferme (comme sur une Ducati 1100 ou une Honda 1000 VTR), boite précise qui ne claque pas. Cà ne cogne pas en bas (pignon de sortie de boîte de 16 dents au lieu de 17), on peut même rouler en 4e à 2500 tours sans que çà pilonne.
.
Naturelle à basse vitesse, elle braque moyennement mais c’est pas pire que ses descendantes donc au final on pourrait presque la trouver facile en ville, même si on sent qu’il ne faut pas chahuter avec la poignée de gaz..La mise sur l’angle est neutre et sans temps mort surtout, le senti de route est exceptionnel… y a pas à dire, Ohlins, çà reste Ohlins, routes étroites, sinueuses et surtout mal revêtues : çà ne bouge pas. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est confortable, mais en tout cas c’est rassurant. Et dire que çà a été pensé pour la piste avant tout (une variante de la Tuono Factory, la Tuono Racing, était livrée avec des polys piste et une boîte de pièces spécial circuit).aprilia tuono factory 2005 magmotardes 3

.

Freinage avant : puissant et assez mordant, çà plonge assez peu. Le frein arrière lui n’est qu’un ralentisseur, mais on s’y fait, d’autant que le frein moteur est important (moins que la VTR malgré tout).
.
Et il y a l’antidribble, une portion humide en léger virage, un rétrogradage un peu optimiste, et la moto se met en crabe puis se remet en ligne sans se redresser… Bien !
.
Mais c’est quand on la titille qu’elle devient agressive… tant qu’on enroule et qu’on est souple sur la poignée, tout va bien, il suffit de rester en 4e, pas besoin de changer de vitesse, y a de toute façon tout le temps assez de patate, et les silencieux Akra changent de son en charge.
.
De 2500 à 6000 tr/m, c’est plein, très plein, quelques fourmillements pour rappeler que c’est un gros bi.
Après 6000 et jusque 10.000 tr/m, euh… à réserver à un pétage de plomb !
Cà déleste sur les premiers rapports, çà grogne, on se prend le reservoir dans le bas ventre en accélérant sur les bosses et sur les rapports supérieurs on atteint des vitesses qui vous réserveraient un encart dans le journal local… Le tout dans un grondement de tonnerre.
.
Le raccourcissement de transmission est une pure réussite par rapport aux autres Aprilia que j’ai conduites, pour une fois que le moteur ne tire pas trop long, il est ici très explosif, et on doit se méfier du coup de gaz d’énervement… jouissif !
.
La position laisse de la place pour le mouvement du pilote (par exemple sur piste où cette moto a sa place également), et çà protège du vent jusque 140 pour les liaisons.
aprilia tuono factory 2005 magmotardes 2
Le temps de trouver une station car la bête a tendance à engloutir ses 8 litres aux 100 de sans plomb en usage normal… et la conso grimpera à deux chiffres si vous lui parlez mal.
.
Côté tarif en occasion, comptez au moins 7000€ pour un modèle en état correct… soit le double d’un Tuono « non factory » de la même génération.
C’est cher pour une moto de cet âge là, mais c’est aussi le prix de la rareté et de la multitude de belles pièces qu’on trouve dessus.
.
Alors non, ce n’est pas la beauté fatale qu’on pourrait trouver chez les concurrentes transalpines… mais de la Tuono Factory se dégage une telle bestialité que son charme finit par envahir son pilote. Une moto à ne pas oublier.
.
Fiche technique :
Type de moteur: Bi-cylindre en V à 60 °, 4 temps
Nombre de soupapes: 8 soupape(s)
Cylindrée: 998 cm³
Alésage course: 97 x 67,5 mm
Compression: 11,4 à 1
Allumage: Electronique
Alimentation: Injection électronique multipoint
Refroidissement: Liquide
Démarreur: Electrique
Puissance: 130 ch à 9500 tr/min
Couple: 102 Nm (10.4 mkg) à 7250 tr/min
La transmission
Transmission finale: Chaine
Boîte de vitesses: Manuelle 6 vitesses
Embrayage: Multidisque en bain d’huile
Le cadre et les roues
Cadre: Double poutre en alliage alu
Suspensions avant: Fourche téléhydraulique inversée Ø nc, déb. 120 mm
Suspensions arrière: Monoamortisseur , dèb 135 mm
Freins avant: 2 disques Ø 320 mm , étriers 4 pistons
Freins arrière: 1 disque Ø 220 mm, étrier 2 pistons
Pneus avant: 120/70 – 17
Pneus arrière: 190/50 – 17
Les dimensions
Hauteur de selle: 820 mm
Empattement: 1415 mm
Angle de châsse: 25°
Garde au sol: 99 mm
Poids: 189 kg
Reservoir: 18 litres
Les performances
Vitesse maximale: 230 km/h
400 mètres départ-arrété: 11.5 secondes
1000 mètres départ-arrêté: 21.0 secondes
Rapport Poids/Puissance: 1.516 kg/ch
Rapport Puissance/Litre: 126.253 ch/litre
Consommation mixte: 7.4 litres au 100

.