L’ABS : Qu’est ce que l’ABS au juste

L’ABS : Qu’est ce que l’ABS au juste

31 janvier 2017 0 Par Eve MERLET

L’ABS : tout ce que vous devez savoir

Initialement développé pour l’automobile, l’ABS nous est arrivé progressivement par des constructeurs investis : BMW et HONDA. Et cela n’aura échappé à aucun motard débutant ou confirmé, en 2017, tous les deux-roues neufs de plus de 125 cm3 devront en être équipés et les propriétaires d’anciennes motos soumis au bridage à 106 cv, devront avoir l’ABS pour s’en affranchir.

Mais qu’est ce que l’ABS au juste ?

Le rôle de l’ABS est d’éviter que les roues ne se bloquent.

Avant d’entrer dans le détail, souvenez vous que l’ABS n’a aucune notion d’adhérence. Il ne sait pas si la route est humide, détrempée, sèche ou glissante. Non, il n’y a pas de station météo embarquée pour savoir s’il neige, s’il pleut ou si le Mistral et la Tramontane se sont réveillés.
L’ABS ne fait que mesurer des vitesses et calculer des décélérations, quelque soit l’état de la chaussée sur laquelle vous roulez.

Imaginez vous roulant à 90km/h et dans l’obligation d’effectuer un freinage d’urgence. La pression que vous exercez sur vos freins est telle que les roues se bloqueraient sans ABS, entraînant (presque) inévitablement la chute. L’ABS, dans ce cas présent, détecte le passage de 90km/h à 0km/h de vos roues et intervient sur le freinage. En clair, tel un moniteur d’auto école, il agit sur la puissance de freinage et ralenti vos roues de manière progressive, évitant ainsi le blocage sans pour autant nuire à l’efficacité du freinage.

Tous les ABS se valent-ils ?

On a tous déjà entendu ou abordé le sujet d’un ABS qui se déclenche trop souvent ou trop tard. En réalité, tous les ABS ne se valent pas. En effet, le seuil au-delà duquel l’ABS considère la force du freinage trop importante, est un facteur de performance. C’est lui qui va faire qu’un ABS « confortable » se déclenche plus rapidement qu’un ABS sportif.
La performance de l’ABS dépend de l’algorithme utilisé par le constructeur qui fait remonter la pression plus ou moins rapidement et la fréquence à laquelle il effectue les mesures de vitesse et les corrections de pression. Plus le calculateur est puissant et rapide, meilleur sera l’ABS.

Mais l’ABS à lui seul ne fait pas tout. La qualité des suspensions est déterminante dans son efficacité. Rapellez-vous que les suspensions sont chargées d’assumer un contact optimal entre les roues et la route : pas de bon ABS sans de bonnes suspensions bien réglées, indispensable sur certaines de nos routes en mauvais état. Qui n’a jamais eu quelques sueurs froides sur un freinage manqué à cause de nids de poules ?

Sont-ils efficace dans toutes les situations ?

Les ABS les plus courants ont une efficacité maximale lorsque moto et équipage sont en position verticale, sans prise d’angle. Il est évident que son efficacité n’est pas la même dans un virage lorsque la moto penche.
Les constructeurs ont donc intégré dans certains systèmes ABS, une centrale inertielle (la même que pour le contrôle de traction), afin de prendre en compte le degré d’inclinaison de la moto.
L’apport en terme de conduite et de sécurité est décisif.

Aujourd’hui, il est possible sur certains ABS évolués, de désactiver tout ou partie de l’ABS, que l’on fasse de la piste, du TT ou de simples balades dominicales. Au même titre que les cartographies moteur, on peut adapter l’intervention de l’ABS (pluie, route, circuit).

ABS à l’avant ou à l’arrière ?

Souvenez-vous de vos cours du samedi après midi sur la piste privée de votre moto école. Le freinage qui nous y était enseigné était le suivant : 70 % à l’avant, 30 % à l’arrière. Avec l’arrière on ralenti, avec l’avant on s’arrête.
Aujourd’hui, force est de constater que peu de motards utilisent leur frein arrière « un peu mou » sous le pied. Néanmoins ce frein arrière est très important ! Il permet d’écraser la moto dans un premier temps pour la stabiliser et éviter le stoppie quand vous freinez fort de l’avant pour vous arrêter. Afin d’éviter les dérapages arrières et partir à la faute, il est important d’avoir l’ABS à l’arrière.

Crédit photo moto station.com

D’autre part, HONDA en précurseur et d’autres constructeurs aujourd’hui, ont développé le Combinated Brake System (CBS).
Le CBS va rectifier l’utilisation anarchique du frein avant en répartissant lui même le freinage.
En clair, lorsque vous n’utilisez que votre frein avant sur un freinage, le CBS va répartir en 70/30 la pression que vous allez exercer sur le levier de frein, et actionner les étriers de freins que vous n’utilisez pas.

Ce dispositif peut être couplé avec l’ABS.

En conclusion : N’en déplaise aux puristes de la conduite « à l’ancienne », la meilleure combinaison pour freiner en toute sécurité : ABS avant/arrière + ABS « de virage » + CBS. Mais attention ! Ces aides électroniques ne remplaceront jamais la vigilance et la maîtrise de sa vitesse.