Tuer ou se tuer. Cela valait-il le coup de lire ce message ? De répondre à cet appel ou à ce mail ?

Tuer ou se tuer. Cela valait-il le coup de lire ce message ? De répondre à cet appel ou à ce mail ?

Cette semaine, à la rédaction de certains nouveaux messages sur les gants moto, j’ai eu aussi l’envie de mettre en avant la nouvelle campagne de la sécurité routière.

En effet, dans cette nouvelle campagne d’affichage et de radio, diffusée depuis le 2 avril, la Sécurité routière met en perspective la futilité de l’usage irrépressible du téléphone au volant, et donc au guidon aussi, au regard du risque encoure.

Et cela est très bien car, de plus en plus, on voit aussi les motards et motardes « pendues » à leur téléphone sur leur moto au lieu d’avoir les yeux sur la route.

Alors espérons que les formules fracassantes sur des images de corps inanimés attireront votre attention sur les dangers de ce « distracteur », en cause dans un accident corporel sur dix.

Et oui, qu’on le veuille ou non, la conversation téléphonique au volant est responsable d’1 accident corporel sur 10. Alors, téléphoner au guidon multiplie par 3 le risque d’accident comme le pilote moto qui téléphone en conduisant sa brêle enregistre entre 30 et 50 % d’informations en moins sur la route.

Et, honnêtement, lire un message au volant de sa moto ou scooter nécessite de quitter la route des yeux pendant 5 secondes. Ça vaut le coup ? Sachant qu’à 50 km/h, 5 secondes correspondent à 70 mètres parcourus. Et lire un message en conduisant multiplie par au moins 23 le risque d’accident.

« J’ai reçu un coup de téléphone, j’ai voulu regarder ce qu’il en était. Donc, j’ai baissé la tête pour regarder […] et quand j’ai relevé les yeux, j’avais changé de direction et du coup j’ai dévié ma route et j’ai tapé un arbre au niveau des cervicales […] Ce qui me rend tétraplégique. » Marius