Essai de la nouvelle Yamaha MT 10 2016 : Légère, maniable, et efficace, c’est la nouveauté des roadsters de l’année 2016 !

Essai de la nouvelle Yamaha MT 10 2016 : Légère, maniable, et efficace, c’est la nouveauté des roadsters de l’année 2016 !

YAMMAI016-BAN728x90_Tricity

Parfois le temps est nécessaire pour pouvoir parler d’une moto de la manière la plus juste possible. Atypique au niveau du design et de son look global, la nouvelle Yamaha MT 10 est surprenante, bluffante et tellement agréable à piloter qu’il m’aura vraiment fallu prendre du recul pour rédiger cet essai. Légère, maniable, équilibrée et d’une justesse effroyable au niveau de son moteur, cette nouvelle MT, la MT 10 correspond bien au descriptif fait sur le papier par le constructeur.

JGO_2568

C’est à Alméria, en Espagne, que nous avons eu la chance de tester ce petit bijou, cette nouvelle venue dans la famille MT. Sous un soleil de plomb et des routes splendides, nous avons parcourus plus de 400 kilomètres au guidon de la belle et atypique MT10. Cette virée moto, ou disons plutôt cette arsouille de timbrés, fut que du bonheur. L’ensemble des journalistes présents a pu jouer avec elle sur de sublimes routes sinueuses, sur des nationales, des tronçons d’autoroute et en ville, mais aussi sur une piste de Stunt réservée pour l’occasion.

Ce parcours parfaitement étudié me permet de vous dire que le verdict de cet essai tombe assez rapidement en fait. La nouvelle Yamaha MT10 c’est de la « bombe de balle bébé » comme dirais un certain rappeur. A peine installée sur la MT10, ton cœur s’emballe, le moteur te parle et les commandes de gazzz te titillent à chaque seconde, et c’est parti pour des moments de purs bonheurs. Je dois vous avouer que j’ai pris un réel « pied » au guidon de cette nouvelle meule « Dark Side of Japan ».

Yamaha MT 10 2016 + lydia Truglio BEaumont

Evidemment de nos jours, il est quasiment impossible de critiquer une moto. Les nouvelles technologies, l’électronique, les développements techniques font que le marché de la moto offre une réelle gamme de motos performantes et fiables. Toutefois, cela reste encore assez rare de trouver cet équilibre idéal pour une moto, c’est-à-dire, cette précision impressionnante ou ce mix quasiment parfait entre plaisir, fun, moteur et sécurité.  Dès les premiers mètres parcourus, je fus totalement bluffée par cet équilibre général de la moto et par cette justesse au niveau du rapport poids/puissance/gazzz.

Bon, le seul problème est qu’elle fait ressortir ton côté sombre « Dark side » et qu’au guidon de ce petit bijou des temps modernes, tu n’as qu’une envie : celle d’ouvrir la poignée de gazzz en grand ! Alors attention « Vive la France, Vive la (non) Liberté », et Vive le Permis à points, Samantha oups !!!! Il faudra jouer la carte de la prudence sur ce point là ou aller en circuit fermé pour exploiter le bébé !

Essai

Légère basse et maniable, j’ai trouvé que cette moto était un jouet et qu’elle restait dans le même état d’esprit que ces sœurettes. Mais, il me semble que ce nouveau modèle est certainement le roadster le plus remarquable jamais conçu par Yamaha. Avec sa belle gueule, sa bouille sombre, et son visage de face complètement novateur, elle me rappelle un peu le chef de la bande « Optimus Prime » ou « Mégatron » des « Robots Transformers ». Son style agressif avec cette masse concentrée vers l’avant, offre une présence dominante qui attire l’attention et impose le respect. Quelque part, « ça passe ou ça casse » comme tous les codes actuels sont cassés. Le côté obscur du Japon apparaît, et fait son entrée sur le devant de la scène, reste à savoir si le public aimera ou détestera son apparence aussi unique soit-elle. C’est comme si la dernière venue dans la famille de la gamme MT était le sangraal absolu de cette belle et grande famille.

2016_YAM_MT10_EU_BNS4DSJ_DET_010

Il faut souligner qu’après plus de 400 kilomètres, je ne suis aucunement fatiguée (ni les autres journalistes) ou courbaturée ! Le mélange : position naturelle, réglages de suspensions précis et justes, et une fourche ultra saine font qu’on ne se fatigue pas à son guidon. Tout se fait dans la douceur et naturellement même à vive allure. Et c’est un autre point fort, car avoir encore envie de rouler après tant de bornes, c’est agréable. D’ailleurs, nous on est parti «s’envoyer en l’air» sur la piste de Stunt.

Yamaha_MT10_FM_2333
Stéphane Lacaze, journaliste chez Moto et Motards et Lydia Truglio Beaumont, fondatrice de Mag’ Motardes

Avec sa selle confortable, son poids contenu, et sa position de conduite naturelle, la MT-10 est vraiment facile à piloter. On se sent bien en sécurité. Et comme le dit si bien une de mes consœurs, Pauline de Caradisiac moto : « Pour une 1000, elle est intuitive, facile et elle a un train avant qui renvoi de bonnes sensations et les bonnes infos. Je me sens vraiment bien dessus et je prends du plaisir à la piloter ».

Au niveau de la position et du confort de conduite, on se permet simplement de souligner qu’il faudra mettre une bulle haute au-delà d’une certaine vitesse bien que la bulle d’origine assure déjà ton taff.

On a pu aussi remarquer, que la largeur de la selle risque de poser quelques soucis aux petits gabarits ou aux petites tailles. Avec mes 1m68, j’ai du parfois descendre de la moto pour la manipuler en descente ou en montée car mes pieds touchaient à peine le sol, et selon les cas de figures, il pouvait m’arriver de presque tomber. En résumé, la selle large devient rapidement inconfortable et accentue la difficulté des manœuvres à l’arrêt, en pente ou en descente. A l’inverse, cette petite gêne pour mes 1m68, est un atout pour les plus grands et grandes (dès 1m70).

Par contre, comme vu avec deux de mes confrères lors de l’essai (un était très grand 1m92 et l’autre était disons plus corpulent), j’ai pu noter que la position des jambes était trop pliée et que cela les gênait en fin de journée. Selon leurs retours : «J’ai les jambes bien trop pliées mais pas trop bref on y est très bien quand même. Pour un grand et gros comme moi c’est top ». Et pour Pauline, avec ses 1,78m, c’est très facile pour elle à enjamber».

Yamaha MT 10 2016 + lydia Truglio Beaumont

Côté moteur, parlons en un peu ! C’est comme une petite révolution posée sur ce roadster. Et oui, car son moteur ne va pas vous être inconnu ! La MT10 s’offre carrément le crossplane de la R1. Toutefois, notons clairement que ce n’est pas une Yamaha R1 dé-carénée.  Son moteur 4-cylindres en ligne de 998 cm3 a été retravaillé afin d’offrir plus de couple à bas et mi-régimes avec, entre autre, un nouveau circuit d’alimentation et un nouveau système d’admission et d’échappement. Les différentes modifications techniques significatives apportées (un nouveau circuit d’alimentation et un nouveau système d’admission et d’échappement, ainsi qu’une conception de vilebrequin et de balancier optimisée), offre un couple optimal à bas et mi-régimes. A la conduite sur route, on ressent nettement  la sensation de connexion directe entre la poignée des gaz et la roue arrière associée à la conception crossplane. C’est très agréable et sécurisant, on a pas peur du High-Side et d’accélérer en grand.

En complément au moteur, vient évidemment le châssis Deltabox en aluminium qui présente un empattement ultracourt (seulement 1 400 mm). Cela apporte une certaine une souplesse voire une « douceur » et une maniabilité parfaite. Les systèmes de suspension high-tech inspirés de l’YZF-R1 et ses spécifications de pointe, accentuent cette sensation de sécurité et de confort de pilotage dans son ensemble.

Le freinage s’avère excellent, il doux et non spongieux. Je l’ai trouvé assez sécurisant personnellement. Les assistances électroniques aussi comme le traction control ou encore le shifter (optionnel) s’avèrent efficaces et reconnaissables entre chaque mode.

Au niveau du Traction Control, trois modes sont disponibles. Le niveau 1 correspond au degré minimum d’intervention du TCS. Il est conçu pour une conduite sportive. Le niveau 2 convient pour une conduite normale en ville tandis que le niveau 3 est préconisé sur une chaussée mouillée ou glissante, dans les situations où l’adhérence de la roue arrière est particulièrement faible.

Yamaha MT 10 2016 + lydia Truglio BEaumont

Au niveau du caractère moteur, on dispose aussi de trois modes de conduite pour la Yamaha MT-10. Le mode « standard » propose une souplesse du moteur quelque soit le régime. La conduite est souple, agréable et saine. Il convient parfaitement en ville comme en montagne ou sur des routes encombrées. Le mode « A », offre un comportement sportif à bas et mi-régimes. Ce mode commence à dévoiler un peu le côté obscur de la force. Il est un parfait mi-chemin entre le mode standard et le mode B. Il ajoute un peu d’agressivité mais pas trop. On contrôle encore «Optimus Prime ». Enfin, le mode « B » offre quant à lui une réactivité extrême. Il est parfaitement adapté pour les «existé(e)s de la poignée» ou pour les gabarits plus imposants (meilleure relance en sortie de courbe). Sinon pour les personnes qui aiment « enrouler les virolos » comme moi par exemple, ce mode est un peu trop violent. Il est également conseillé ou préconisé pour faire des Wheeling à gogo.

Pour finir sur quelques détails, on a aussi aimé le bruit de la ligne d’échappement. Malgré les nouvelles normes, son son est sympa vraiment. Il est ni trop fort ni trop faible, il diffuse une musique agréable : «Ça ronronne sans casser les oreilles».

Le seul bémol de cette moto est lié à la taille en fait. Ce qui nous a gêné par apport à notre taille (1m68), ce sont les tétines des cale-pieds trop longues et la selle trop large pour notre gabarit. En fait, on cogne les mollets dans ces tétines et donc on est pas à l’aise pour les manœuvres à l’arrêt. Du coup, il me semble que d’origine, elle sera difficilement accessible à des personnes de plus petites tailles sans expérience significative de la moto.

On a remarqué aussi quelques détails gênant comme l’absence de protection au radiateur ou des fils qui traînent par ci ou par là. On aurait préféré ne pas les voir du poste de pilotage.

Son gros point fort est sans aucun doute sa maniabilité, son accessibilité et la qualité de son moteur ! C’est l’un des meilleurs roadsters du marché actuels à notre humble avis.

Son dernier avantage et non négligeable est son prix ! Disponible depuis fin, mai, elle s’affiche à seulement 13 199 €. Attention en août, elle passe à 13 499 € au 1er août prochain. Le rapport qualité prix est indéniable et il a le mérite d’être souligné. Version Full évidemment !

En conclusion, cette nouvelle Yamaha MT 10 est un vrai bijou technologique bourrée d’électronique, agréable et facile à piloter, destinée à un public en quête d’une moto novatrice et atypique. Pilote débutante soyez prudente, commencer peut-être par ses petites soeurs, pilotes confirmées, amusez-vous au guidon de ce roadster parfaitement conçu et au moteur survitaminé.

Plus d’informations et caractéristiques techniques 

Yamaha MT10 2016 : Début d’un chapitre palpitant 

Essai : Vidéo de notre essai

Comments

comments

C'est à vous !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies (collecte, partage et utilisation des données) Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer